Synthèse – La participation des habitant-e-s : limites, obstacles, insuffisances et dysfonctionnements

Intervenant-e-s :
– Sabrina Bresson, Chercheure en sociologie, CITERES. Introduction.
– Patrick Mozol, Maître de conférences en Droit public, LERAP. La démocratie participative locale : entre réalité et illusion.
– Catherine Neveu, Directrice de recherche, IIAC-TRAM (CNRS-EHESS). Retour sur quelques limites de la participation.
– Bénédicte Métais, Chargée d’étude environnement-énergie à l’Agence Tours Urbanisme. Reconversion des casernes Beaumont-Chauveau à Tours : premiers pas d’une démarche participative.
– Jean-Luc Galliot, Maire de Notre Dame d’Oé, Vice-Président de la Communauté d’Agglomération Tour(s) Plus. L’expérience des ateliers participatifs dans les quartiers de la Borde et de la Gare à Notre-Dame-d’Oé.

Synthèse de l’atelier : 

La participation des habitants souffre de symptômes évidents. D’une part, le cadre institutionnel est nettement perfectible : si les lois de décentralisation ont contribué à la formation d’un droit de la participation, leur apport se révèle néanmoins insuffisant. D’autre part, d’une manière générale, la démocratie participative locale apparaît pour le moins négligée par ceux qui devraient en être ses principaux artisans.

La participation des habitants doit, dès lors, trouver des palliatifs efficaces. Il convient, tout d’abord, de repenser ses enjeux et ses objectifs : il faut un véritable enjeu au débat et un dispositif crédible qui permette de contribuer à la définition du projet et à la discussion de sa pertinence ; il est également nécessaire que les objectifs de la participation soient mieux définis, celle-ci devant avoir pour but de révéler et de régler les conflits susceptibles d’émerger à l’occasion dudit projet. Ensuite, les modalités de la participation doivent être redéfinies : à ce titre, il convient d’envisager la mise en place de formules alternatives de participation, dépassant le cadre institutionnel existant car s’appuyant sur des logiques différentes (ex : groupes de « théâtre forum » ou les groupes de « qualification mutuelle »), mais aussi de sortir de la vision capacitaire de la citoyenneté et être attentif aux attachements (à des lieux, des espaces et/ou des groupes) comme ressources de citoyenneté.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.